Regards croisés sur les VBG: Sensibiliser pour briser les stéréotypes

  • Posté le: 8 May 2018

La prévention et la réponse aux violences basées sur le genre (VBG) font partie des actions prioritaires dans le projet de protection et d’assistance aux réfugiés urbains de Bangui, piloté depuis 2016 par ASA. C’est dans ce concept que s’est tenu au bureau de la mission de Centrafrique à Bangui, un atelier visant à sensibiliser briser les stéréotypes sur les questions de genre.

La première séance d’une série de six groupes de discussion mixte afin de renforcer la protection des femmes et des filles par l’implication des hommes, s’est déroulée le 28 mars 2018 avec la participation de 11 personnes, dont 06 femmes et 05 hommes.

Cette activité de plaidoyer qui s’étendra de mars à décembre de l’année en cours, est l’occasion d’attirer l’attention des participants sur le rôle que devra jouer chaque membre du ménage quant à la promotion de l’égalité des chances. Par la même occasion, l’accent est mis sur la réduction des taux des VBG par une incitation au changement de comportement et à la rupture des stéréotypes.
Au cours de la rencontre du 28 mars, des stéréotypes de VBG ont été présentés à travers un exercice de causerie. Cet exercice pendant lequel, hommes et femmes se sont exprimés à cœur ouvert, a permis de jauger les raisonnements et comportements liés aux VBG.
82% des participants ont par exemple estimé que « la femme est le sexe faible ». Tandis que deux femmes ont répondu « non », pour tous les hommes qui ont participé à cette causerie, le « oui » a pris le dessus.
Les étapes qui ont suivi ont permis aux organisateurs de la rencontre de sensibiliser les participants sur les moyens de contraception comme la pilule, très peu appréciée par les réfugiés. Seuls, 27% des réfugiés présents estiment que la pilule est un bon moyen de contraception. Pour un participant, la pilule est inutile, car « il faut faire des enfants ». En revanche, la majorité des participants (91%, soit 10 sur 11), estime que le préservatif est un bon moyen de contraception et de prévention du VIH Sida.
Il faut noter que les séances de « Regards croisés » proposées par ASA sous le financement de l’UNHCR dans le cadre du projet « Réfugiés Urbains », interviennent en guise de sensibilisation du fait, de plus de 1000 cas de violences basées sur le genre (VBG), ont été enregistrés dans les centres d’écoute de l’Association des Femmes Juristes de Centrafrique entre 2016 et 2017, dans un contexte sécuritaire tendu.

Ajouter un commentaire

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.